XXIVème siècle, l'Homme découvre l'Univers et part à sa conquête...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Mais que fait un politicien sur le champ de bataille ? [Thomas Neil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Charles Selen
Admin | Lieutenant-Colonel
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 31/08/2013
Age : 19
Localisation : En orbite
Emploi/loisirs : Tuer des gens. Quoi ? Ce n'est pas un loisir ?

MessageSujet: Mais que fait un politicien sur le champ de bataille ? [Thomas Neil]   Dim 8 Sep - 8:50

Mais que fait un politicien sur le champ de bataille ?
Thomas Neil et Charles Selen

  Charles était partit tôt ce matin. Les rues de Novum Satus étaient déjà bondées. On y circulait avec difficulté. Là-bas, on voyait tout sorte de gens, des hommes d’affaires ne voulant pas perdre une minute de peur que leur entreprise parte en courant, des mendiants priant pour qu’un sous leur soit versé. Il y avait vraiment trop de monde dans cette ville, mais Charles n’en avait que faire. Il ne s’en préoccupait pas, loin de là même. Le soldat déambulait dans les rues sans vraiment de but. Seule sa destination était connue : le siège de l’entreprise familiale. Pourquoi y retournait-il, me direz-vous. Et bien, c’était un grand mystère. A vrai dire même Charles ne le savait pas. Il voulait y aller et déciderait de ce qu’il ferait ensuite quand il y sera. Mais c’était sûr qu’il n’y allait pas pour aller embrasser son père et parler du bon vieux temps, de ce qui s’était passé depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus. Non, ça s’était proscrit.
  Il marchait donc dans des artères bondées de la mégapole. Le bâtiment de l’entreprise Selen était visible. Dans quelques minutes Charles y serait. Ce fut à ce moment qu’il reçu un message. Un message venant de la caserne. En voici la teneur :

« Lieutenant-colonel Selen, vous avez reçu un ordre de mission. Merci de vous rendre aux coordonnées XXXX. Vous y serez briffé sur la situation et les objectifs de la mission. »

Charles n’aimait vraiment pas être dérangé par des ordres de missions très évasifs. Avec le temps il avait appris qu’il s’agissait de mission plutôt étrange ou bien dangereuse. Mais étant soldat, il ne pouvait discuter les ordres. Le lieutenant-colonel se mit donc en route. Au vu des coordonnées géographiques, le point de rendez-vous se trouvait dans les bas-quartiers de Novum. Encore quelque chose qui n’augurait rien de bon.
  Au bout d’une dizaine de minutes, Charles était enfin arrivé au point de rendez-vous. Il y avait quelques soldats et un colonel. Charles n’était donc pas le plus gradé. Il resta en retrait jusqu’au moment où le colonel commença à parler. Tous se réunir autour de lui et son discours commença :

« Vous êtes réunis ici car vous avez été désigné volontaire pour participer à une mission de purge. Nous avons récemment découvert une planque de la résistance dans les bas-quartiers. D’après nos informations, les rebelles possèdent un équipement assez avancé par rapport à leurs ressources habituelles. C’est là que vous interviendrez, vous devrez éliminer tous résistants se trouvant sur votre chemin, ainsi que leur ‘’chef’’. Lors de cette mission, vous serez tous sous les ordres du lieutenant-colonel Charles Selen. En plus de cet ordre d’extermination, vous devrez assurer la sécurité de Thomas Neil, il sera le représentant du parlement pour cette mission. »

  Sur ce, le colonel termina son discours et laissa le groupe commando se préparer. Charles ne bougea pas pendant une ou deux minutes, réfléchissant aux ordres. Pourquoi avait-il été nommé pour mener cette opération, lui qui avait juré d’apporter de l’aide à la résistance. Maintenant il était condamné à les tuer. Ce fut sûrement la première fois de sa vie qu’il ne voulut pas tuer quelqu’un. Quelque chose le chiffonnait encore plus. Que faisait le président du groupe des technocrates sur le terrain ? Et puis où était-il d’ailleurs ? Charles observa la zone et ne le vit pas. Sûrement était-il en retard, comme tout les gens importants dans cette ville.
  Pensant qu’il allait de toute façon arriver, le soldat commença à s’équiper. Cette mission allait être plutôt compliqué.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Neil
Fondateur | Président des Technocrates
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 31/08/2013
Age : 22
Localisation : Dans les méandres de mon Univers
Emploi/loisirs : Arpente les fluctuations du destin

MessageSujet: Re: Mais que fait un politicien sur le champ de bataille ? [Thomas Neil]   Dim 8 Sep - 14:37




Une journée de routine pour un politicien. C'est ce que m'aurait dit mon père, dédaigneux comme toujours. Sortant d'une séance au Parlement, on m'avait chargé du suivis d'un événement important, comme si je n'avais que ça à faire. Mais mieux valait accepter, j'avais une image à tenir. Donc, je me retrouvais sans tarder dans ma voiture personnelle, mon chauffeur se chargeant de me conduire le plus rapidement possible vers mon rendez-vous. Je reçus plusieurs appels, la plupart sans importance, durant toute la durée du trajet. Au final, je coupai mon téléphone pour me concentrer sur l’événement du jour. Au travers des vitres du véhicule j'aperçus la ville qui défilait, mais le paysage, familier, ne retint pas mon attention. L'armée avait trouvé un foyer de la Résistance dans un des bas quartiers de Novum Satus. C'était assez rare que les services secrets arrivent à trouver quoi que ce soit, alors l’événement avait pris une belle ampleur médiatique. Et qui dit médiatique, dit que le Parlement doit s'y intéresser. Et me voici.

Les actions de l'armée ne m’intéressaient pas plus que ça, je pouvais même dire que je m'en foutais totalement, mais je représentais le Parlement. Et puis l’événement me ferait un peu de pub. La mission avait été annoncée en pleine séance, et tout a été décidé très rapidement, ce qui expliquait la hâte de mon chauffeur et les nombreux appels que je recevais. Je n'avais pas vraiment les détails de l'opération, l'armée m'avait juste donné rendez-vous à des coordonnées précises. L'Amiral m'avait promis que ma protection serait optimale, mais tout pouvait arriver. J'arrivai enfin à destination, et il pleuvait à saut. De quoi améliorer mon humeur. Il y avait un attroupement de militaires, une vingtaine. Je repérai le Colonel qui m’avait contacté un peu plus tôt. Il m’expliqua rapidement la situation, puis me présenta le chef de l’opération, le Lieutenant-Colonel Selen.

Je pris un petit moment pour détailler la personnage. Je devais dire qu'il était imposant, d'une taille beaucoup plus grande que la moyenne. Il possédait une musculature qui ferait rougir n'importe qui, sauf moi bien évidemment. Il avait un visage fermé, sérieux, mais qui montrer signe d'impatience. C'est vrai que j'étais un poil en retard. Je remarquai les nombreuses cicatrices que le soldat portait, il devait avoir vécu de nombreuses missions, et pourtant il paraissait jeune, très jeune pour un Lieutenant-Colonel. Tant qu'il était compétent, ça me suffisait.

Je m’approchai de lui et lui serrait la main, un sourire aux lèvres.


« Heureux de savoir que je suis sous votre protection Lieutenant. Vous ne devriez pas trop avoir de problèmes avec moi, je sais me montrer prudent s’il le faut. Et je sais me défendre, optionnellement. »


Dernière édition par Thomas Neil le Mar 19 Nov - 7:13, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://resnovae.forumactif.org
Charles Selen
Admin | Lieutenant-Colonel
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 31/08/2013
Age : 19
Localisation : En orbite
Emploi/loisirs : Tuer des gens. Quoi ? Ce n'est pas un loisir ?

MessageSujet: Re: Mais que fait un politicien sur le champ de bataille ? [Thomas Neil]   Dim 8 Sep - 17:24

Mais que fait un politicien sur le champ de bataille ?
Thomas Neil et Charles Selen

Charles avait revêtu son équipement. Il était fin près. Tout était rangé au bon endroit et les chargeurs avaient été déjà mis en place. Le lieutenant-colonel avait pris les armes nécessaires, bien évidemment son fusil de précision mais aussi un fusil d’assaut et une arme de poing. Il jeta un rapide coup d’œil à ses hommes. Tous étaient prêts. La mission allait pouvoir commencer. Mais malheureusement, M. Neil n’était toujours pas là et comme pour miner le moral de Charles encore plus, il se mit à pleuvoir. Pas une petite averse qui vous mouille à peine. Ça non, c’était une pluie diluvienne, quelque chose qui vous glaçait jusqu’aux os en quelques minutes. Décidemment ce n’était pas la journée du soldat. Charles attendit encore un peu, si le parlementaire n’arrivait pas il donnerait l’assaut. Tant pis pour le parlement.
Heureusement Thomas Neil arriva. Ce n’était pas trop tôt. Il s’empressa d’aller saluer Charles une fois qu’il fut briffé sur la situation. Il déclara ensuite :

« Heureux de savoir que je suis sous votre protection Lieutenant. Vous ne devriez pas trop avoir de problèmes avec moi, je sais me montrer prudent s’il le faut. Et je sais me défendre, optionnellement. »

Oh ? Il savait se défendre ? Charles se permettait d’en douter. Enfin, il verrait bien sur le terrain. Pour faire bonne figure, le lieutenant-colonel lui répondit, bien que le cœur n’y était pas.

« J’espère bien que je n’aurais pas de problème venant de vous. Cette mission me semble déjà assez compliquée comme cela. Et comme ça, vous savez vous défendre ? Bien alors prenez ceci. » Charles lui tendit un pistolet « Et essayez de ne pas tuer quelqu’un ou de vous suicider. Ça serait vraiment dommage. »

La dernière phrase de Charles n’était pas vraiment voulue. Mais elle résumait très bien ce que pensait le soldat vis-à-vis des politiciens. Sur ce, le gradé donna ordre de lancer l’assaut. La dizaine de soldats s’engouffra dans un immeuble désaffecté. La chasse commençait. Charles avait ordonné à Thomas Neil de rester en arrière avec lui. Il lui expliqua un peu sa façon de faire :

« Je suis un tireur d’élite. Même si je suis taillé pour le combat à moyenne distance, je préfère rester en retrait. Certes ce n’est pas très pratique dans un théâtre d’opération comme celui-ci mais au moins je pourrais veiller sur vous. »

Déjà on entendait des coups de feu au loin. Charles ne s’en préoccupa pas outre mesure. Il était sûr que c’était ses hommes qui faisaient des victimes.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Neil
Fondateur | Président des Technocrates
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 31/08/2013
Age : 22
Localisation : Dans les méandres de mon Univers
Emploi/loisirs : Arpente les fluctuations du destin

MessageSujet: Re: Mais que fait un politicien sur le champ de bataille ? [Thomas Neil]   Dim 15 Sep - 19:06

J'observais d'un œil calculateur les alentours en attendant une réponse de mon interlocuteur. Les sombres bâtiments obscurcissaient un tableau déjà bien terne à cause de la pluie, et on peinait à apercevoir le soleil à travers les épais nuages gorgés d'eau. Le quartier, l'un des plus pauvres de Novum Satus, ne dépeignait pas dans ce tableau. Sur les trottoirs on apercevait des tas d'immondices et d'ordures qui décourageraient même un chat de gouttière. Les rares véhicules qui s'y trouvaient ne dataient pas d'hier, et ressemblaient aux vieux modèles du XXIIème siècle. Et je n'osais pas parler des gens qui traînaient dans le coin. Les militaires, tous aussi sombre dans leur uniforme, discutaient entre eux un peu à l'écart, attendant l'ordre d'agir. Je reportai mon attention sur le Lieutenant-Colonel. Il ne semblait pas me tenir en haute estime, à son air hautain et dédaigneux, mais je le lui rendais bien.


« J’espère bien que je n’aurais pas de problème venant de vous. Cette mission me semble déjà assez compliquée comme cela. Et comme ça, vous savez vous défendre ? Bien alors prenez ceci. » Charles lui tendit un pistolet « Et essayez de ne pas tuer quelqu’un ou de vous suicider. Ça serait vraiment dommage. »


Le militaire venait de réussir l’exploit de m’insulter, et de ne pas en avoir peur. Il ne connaissait pas, apparemment. Très bien, je soulignerais son comportement dans mon rapport. On ne se moquait pas le numéro deux du Parlement sans perdre quelque chose en contrepartie. Je ne pris pas la peine de lui répondre, il ne le méritait pas. Ce dernier se tourna vers ses hommes et leur ordonna de passer à l’action. Les commandos disparurent rapidement dans les ruelles malfamées et on entendit bientôt des coups de feu. Les Résistants devaient être au courant de l’arrivée de l’armée et avaient préparé leur défense. J’étais resté en arrière avec le Lieutenant, car il me l’avait ordonné. Je n’entendais donc les détonations que de loin, et le visuel était merdique. Mais bon, le gradé voulait me tenir à l’écart des bavures éventuelles de ses hommes, c’était purement stratégique.


« Je suis un tireur d’élite. Même si je suis taillé pour le combat à moyenne distance, je préfère rester en retrait. Certes ce n’est pas très pratique dans un théâtre d’opération comme celui-ci mais au moins je pourrais veiller sur vous. »


L’excuse habituelle pour dire qu’on restait derrière pour éviter trop de visuel. Il semblait bien trop sûr de lui, un vrai dur bridé comme il le faut par les écoles militaires, qui n’avait aucune conscience morale. Certes, ses hommes massacreraient les Résistants, mais on cachera sûrement le nombre de pertes non négligeable qu’ils subiront en retour. D’où la mise en retrait. Mais il fallait qu’il comprenne que je n’étais pas n’importe qui, et que si je voulais voir des résultats, je les verrais. Avec ou sans sa surveillance.


« Lieutenant, je comprends bien la nécessité de rester en retrait, notamment pour vous. Mais le Parlement entend couvrir tout le théâtre d’opération. Cette mission est très importante, et pas seulement pour l’armée. Nous approcher un peu pour nous rendre compte des avancées ne sera pas plus dangereux que rester ici à attendre qu’une embuscade nous tombe dessus vu que nous ne sommes que deux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://resnovae.forumactif.org
Charles Selen
Admin | Lieutenant-Colonel
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 31/08/2013
Age : 19
Localisation : En orbite
Emploi/loisirs : Tuer des gens. Quoi ? Ce n'est pas un loisir ?

MessageSujet: Re: Mais que fait un politicien sur le champ de bataille ? [Thomas Neil]   Mer 18 Sep - 13:10

Mais que fait un politicien sur le champ de bataille ?
Thomas Neil et Charles Selen

Les deux hommes continuèrent de marcher en silence. Des coups de feu et des bruits d’impact se faisaient entendre au loin. La première pensée de Charles avait été très optimiste mais à présent le lieutenant-colonel ne pouvait s’empêcher de se demander si c’était bien ses hommes qui faisaient des victimes. Et non l’inverse. La voix du parlementaire se fit entendre derrière Charles. Celui-ci se retourna pour faire face à son interlocuteur.

« Lieutenant, je comprends bien la nécessité de rester en retrait, notamment pour vous. Mais le Parlement entend couvrir tout le théâtre d’opération. Cette mission est très importante, et pas seulement pour l’armée. Nous approcher un peu pour nous rendre compte des avancées ne sera pas plus dangereux que rester ici à attendre qu’une embuscade nous tombe dessus vu que nous ne sommes que deux. »

Alors comme ça Thomas Neil voulait finir trouer par une balle. Triste fin pour le président du parti technocrate. A moins que ce soit les directives du président. Un ordre, ça Charles pouvait le comprendre. Se retournant pour faire face au théâtre d’opération, charles lâcha :

« Certes »

Le soldat rangea son fusil de précision dans son dos, le fixa magnétiquement dans son dos et pris à la place son fusil d’assaut. Il fit alors signe à Thomas Neil de le suivre. Charles se mit à courir, s’arrêtant à chaque intersection pour vérifier que personne ne leur tendait une embuscade. Finalement ils arrivèrent en vue des frères d’armes de Charles. Au loin, il vit trois soldats abattre deux résistants et continuer leur chemin. Plus près, un militaire se prit une balle et tomba (Charles ne se posa même pas la question de s’il était mort). Il fut aussitôt vengé par un collègue qui abattit son agresseur. Globalement, l’armée avait le dessus. Mais ça pouvait basculer à tout moment. Charles vit qu’à deux heures et demie, un résistant embusqué tenta de prendre un soldat par surprise. Le lieutenant n’hésita pas une seconde. Il ajusta son viseur et tira. Le résistant s’écroula, touché au coup par le tir du tireur d’élite.

Charles allait faire feu sur un autre résistant lorsqu’il sentit un ennemi à neuf heures. Il enleva son œil de la lunette et tourna un peu la tête. L’ennemi le visait et était près à faire feu lui aussi. Si Charles bougeait, le résistant ouvrirait le feu. Le soldat était alors dans l’impasse.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Neil
Fondateur | Président des Technocrates
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 31/08/2013
Age : 22
Localisation : Dans les méandres de mon Univers
Emploi/loisirs : Arpente les fluctuations du destin

MessageSujet: Re: Mais que fait un politicien sur le champ de bataille ? [Thomas Neil]   Sam 28 Sep - 8:22

Le Lieutenant sembla se résigner à m'obéir, car il rangea son fusil de précision, mais sans se précipiter. Il me jetait un dernier coup d’œil puis partit en courant vers les bruits des coups de feux. Je le suivais de quelques pas et je surveillais ses arrières. Le soldat s'arrêtait à chaque intersection pour vérifier qu'une embuscade n'allait pas nous tomber dessus, puis il reprenait son chemin sans attendre. Cette petite course me fit du bien, avec mon métier le sport était un luxe que je ne pouvait me payer. Je tenais fermement mon arme, à l’affût du moindre mouvement, prêt à tirer sur celui qui se mettrait en travers de notre route. Je sentais l’excitation monter en moi, l'adrénaline envahissant mon corps. Je n'étais pas amateur de sensations fortes, mais cette sensation me plaisait.

En chemin on croisait des commandos qui exécutaient sans pitié les résistants par petits groupes. La vue du sang ne me fit pas fléchir, je n'éprouvais rien pour ces rébus de la société. Le monde n'avait pas besoin d'eux. Je remarquai pourtant qu'il y avait aussi des corps de militaires étendus sur le sol. La situation n'était pas aussi florissante que pouvait le penser le Lieutenant. L'armée avait tendance à sous-estimé ses ennemis. Une erreur qui leur a coûté de nombreux hommes qui ne faisaient qu'obéir aux ordres. C'était un point dont je devrais m'en occuper plus tard. J'avais étudié différents projets scientifiques il y a peut, et je pensais qu'il fallait remplacer l'homme par des drones et robots. Notre enveloppe physique était trop fragile, nos sentiments trop prononcés. Un manque d’efficacité évident.

Le Lieutenant exécuta sans vergogne un résistant  qui tentait de prendre un commando à revers. Un geste héroïque certes, mais le gradé n'avait pas aperçut l'ennemi qui arrivait de l'autre côté et qui levait son arme pour le mettre en joue. Il se retourna pour faire face au tireur, mais il n'avait pas le temps de lever son arme. Le résistant se concentra pour viser, puis il  s'écroula, mort, une balle entre les deux yeux. Je tenais mon arme pointée sur le corps qui s’effondrait. Je souriais, qui avait dit qu'un parlementaire ne savait pas se servir d'une arme?


«Ne me remerciez pas Lieutenant, votre mort aurait été une complication pour mon rapport. Vous devriez penser à acheter des rétroviseurs, l'ennemi ne trouve souvent là où on l'attend le moins. La politique et l'armée sont plus proches que certains le pense.»


Il retiendrais la leçon cette fois-ci. On ne me sous-estimait jamais. Jamais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://resnovae.forumactif.org
Charles Selen
Admin | Lieutenant-Colonel
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 31/08/2013
Age : 19
Localisation : En orbite
Emploi/loisirs : Tuer des gens. Quoi ? Ce n'est pas un loisir ?

MessageSujet: Re: Mais que fait un politicien sur le champ de bataille ? [Thomas Neil]   Sam 5 Oct - 9:36

Mais que fait un politicien sur le champ de bataille ?
Thomas Neil et Charles Selen


Charles se retourna vers le résistant. Il hésita pendant une ultime seconde. Devait-il lever son arme et tenter de tirer malgré le résistant prêt à lui faire exploser la boite crânienne ou devait-il se laissait faire et mourir sans avoir tenté quelque chose. Heureusement il n’eut pas le temps. Non pas qu’il se fit tirer dessus avant mais parce que son ennemi s’affala sur le sol taché de sang. Un coup de feu avait été tiré, mais d’où ? Le lieutenant-colonel regarda partout et son regard tomba finalement sur le parlementaire. Thomas Neil avait l’arme encore braqué sur l’endroit où se tenait le révolutionnaire à la seconde d’avant.
Le président des technocrates baissa son pistolet et déclara sur un ton neutre :

«Ne me remerciez pas Lieutenant, votre mort aurait été une complication pour mon rapport. Vous devriez penser à acheter des rétroviseurs, l'ennemi ne trouve souvent là où on l'attend le moins. La politique et l'armée sont plus proches que certains le pense.»

Etrange. Dans le fait que le politique assimilait les parlementaires aux soldats. Chose que Charles ne comprenait pas vraiment en quoi. Enfin, pourquoi donc se tracasser pour cela. Ils avaient une mission à remplir et il n’y avait pas de temps à perdre. Néanmoins, Charles remercia Thomas Neil. Chose qu’il n’aurait normalement pas fait, mais il savait qu’il ne serait plus là si le président du parlement ne l’avait pas sauvé.
Une fois cela fait, le lieutenant repartit à l’assaut. Voyant clairement que les résistants étaient bien préparés et que si le combat continuait comme ça les forces de l’armée seraient décimées, Charles ordonna un regroupement. Ce n’était peut-être pas la solution la plus judicieuse mais les soldats pourraient relancer une offensive correcte et repousser plus facilement les révolutionnaires.
A son ordre, ses soldats revinrent sur sa position et attendirent de nouvelles directives. Celles-ci virent dans la minute.

« Restez groupé. Aller ! On avance ! »

Les soldats ne se firent pas prier, ils avancèrent tous à la même allure, tirant sur le moindre résistant qui avait le malheur de se montrer. Face à ce changement radical de tactique, la résistance parut quelque peu désarçonnée. Bien. C’était ce qu’il fallait. Les militaires gagnaient du terrain. Ils allaient bientôt en finir avec cette poche de résistance, c’était inévitable. Malheureusement la relative joie de Charles fut courte durée. Les résistants se reprirent et passèrent à une force de frappe bien plus supérieure. Ils sortirent de nulle part des armes lourdes et commencèrent à faire feu. Cet immeuble était loin d’être pacifié, finalement…




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Neil
Fondateur | Président des Technocrates
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 31/08/2013
Age : 22
Localisation : Dans les méandres de mon Univers
Emploi/loisirs : Arpente les fluctuations du destin

MessageSujet: Re: Mais que fait un politicien sur le champ de bataille ? [Thomas Neil]   Sam 23 Nov - 20:02

Après un remerciement bref du Lieutenant, nous repartîmes dans les sombres ruelles. Il y avait des cadavres partout, le sang ruisselait et éclaboussait mes bottes à chacun de mes pas, surtout des résistants, mais plus nous avancions plus je reconnaissais l'uniforme parmi eux. Les ruelles se ressemblaient toutes et très vite je perdis tout repère, concentré sur ma survie. On croisait souvent des petits groupes de résistants, qui étaient exécutés sans pitié, mais il arrivait que la situation soit à notre désavantage et je faisais à toutes mes maigres capacités de combattant. Le Lieutenant restait à côté de moi, tuait tous ceux qu'il voyait sans un mot et lançait des ordres à se hommes, essayant de se faire entendre dans le tumulte de l'opération. On entendait un flot constant de salves, d'explosions et de cris. J'avais reçu au visage un éclat de verre, mais j’essayais de ne pas y faire attention, je pourrais toujours me faire soigner plus tard.

Je ne savais pas où nous allions, mais j'avais l'impression que les commandos se rapprochaient les uns des autres, convergeant en un point qui devait être le foyer de la résistance du quartier. Je ne connaissais pas les lieux, et je regrettais à ce moment-là de ne pas avoir au moins regarder le plan avant de venir. Une telle faute n'était pas digne de moi, il fallait que je sois plus prudent à l'avenir. Bref, nous avancions, je ne savais où, mais nous y allions. De nombreux militaires nous entouraient à présent, je dirais une vingtaine, et je n'avais plus l’occasion de tirer. Ce qui n'était pas pour me déplaire. J'étais un politicien, et même si je ne répugnais pas à apporter la mort, je respectais avant tout la vie. Sauf quand elle me déplaisait, bien entendu. J'avais donc rangé mon pistolet dans son étui et je suivais en silence le Lieutenant et ses hommes. J'observais le moindre détail, le moindre comportement qui pourrait être utile dans mon rapport. L'opération n'avait pas eu l'effet prévue, les militaires avaient eu beaucoup trop de pertes. La faute à qui? Aux renseignements qui avaient sous-estimés les résistants? Aux hommes pas assez entraînés? Aux officiers incompétents? A moins que les résistants ont été mis au courant. Si c'était le cas il y avait un gros problème, il faudra faire une enquête qui risquerait de stagner pour ne jamais aboutir. D'une certaine manière je voulais investiguer moi-même, quitte à donner des pourboires par-ci par-là. Je n'aimais pas qu'une situation ne tourne pas comme elle le devrait.

Je remarquais que les commandos ralentissaient dans leur course pour s'arrêter au coin d'une rue, comme bloqués par quelques forces invisibles. Par dessus les maisons basses qui longeaient la rue, j'aperçus un immeuble qui semblait être le centre de toutes les attentions. De nombreux tirs partaient de ses fenêtres barricadées par des planches de bois et peu de tirs provenant des militaires arrivaient à tuer les snipers. Le Lieutenant et moi-même arrivâmes devant la petite place en face de l'immeuble et c'était un véritable carnage, les résistants avaient trouvé une zone facilement défendable et cela se voyait. Les commandos s'étaient réfugiés dans les maisons alentours et derrière des barricades de fortune, attendant les ordres du Lieutenant. C'était d’ailleurs vers celui-ci que je me tournais, il fallait trouver une solution et rapidement, si possible. J'avais encore du travail à faire tout de même.


«Auriez-vous une carte de la zone Lieutenant? Il faut que nous trouvions un moyen de déloger ces résistants. Je pensais aux égouts, il a toujours un accès sous les immeubles pour les équipes d'entretient.»



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://resnovae.forumactif.org
Charles Selen
Admin | Lieutenant-Colonel
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 31/08/2013
Age : 19
Localisation : En orbite
Emploi/loisirs : Tuer des gens. Quoi ? Ce n'est pas un loisir ?

MessageSujet: Re: Mais que fait un politicien sur le champ de bataille ? [Thomas Neil]   Mer 4 Déc - 16:06

L’immeuble désaffecté était leur cœur d’un réseau de résistance. On aurait pu même dire que c’était un des QG de la résistance à Novum Satus. La pacification de ces lieux était une priorité. Mais alors que Charles avait pensé qu’en finir avec les rebelles dans cette partie de la ville, les combats avaient redoublés d’importance et cette issue était devenue de moins en moins certaine. Les ennemis tiraient depuis les étages supérieurs et ainsi, ils s’assuraient que les militaires ne puissent pas riposter. La situation était en effet devenue plus que problématique. Il fallait trouver un moyen de contourner ce mur de projectiles.

Ce fut à ce moment que Thomas Neil décida de faire une proposition qu’il allait sûrement bouleverser le cours de la bataille. Passer par les égouts était une idée excellente, mais encore fallait-il arriver à trouver un moyen d’entrer dans les égouts.

Charles se retourna vers le technocrate en arborant un sourire presque carnassier. En fait, il se réjouissait du carnage qui allait reprendre. Il acquiesça d’un signe bref mais appuyé de la tête et donna ses ordres :

« Vous et vous, allez épauler monsieur Neil pour trouver une entrée d’égout praticable. Contactez-moi lorsque ça sera fait. » Le lieutenant s’adressa ensuite directement au politicien « Pour ma part, je reste ici pour faire ce pourquoi j’ai intégré l’armée. Je vous rejoindrais plus tard, lorsque vous serez dans les égouts. »


Sur ce, les deux soldats ne se firent pas prier, ils s’éloignèrent du groupe et entrainèrent le bureaucrate avec eux. Pour ce qui était du reste des soldats, les ordres étaient clairs : ils devaient arriver à abattre le plus de résistants qui se montraient aux fenêtres. Charles, lui, grimpa dans une maison qui faisait face à l’immeuble. Arrivé au premier étage, il tenta de trouver une fenêtre avec vu sur les résistants et commença à se mettre en position.

Quelques minutes plus tard, il était prêt. Son fusil de précision reposait sur la tablette devant la baie vitrée et son manieur attendait qu’un homme se pointe pour tirer une balle. Finalement, c’est ce qui se passa, inévitablement. Un jeune gars d’une vingtaine d’années eut le malheur faire son ‘’devoir’’ de résistant et montra sa tête par le trou béant où se trouvait une fenêtre il y a bien longtemps. Deux secondes plus tard, le rebelle s’écroula, une balle logée juste au-dessus de son œil droit. Un deuxième puis un troisième périrent de la même manière et ce de la main du lieutenant-colonel.

Concentré à donner la mort à ses ennemis, Charles Selen n’entendit pas la première fois quand son subalterne lui demanda de le rejoindre. Il dut alors le lui demander une seconde fois en haussant la voix et de manière plus appuyée. Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, le lieutenant ne releva pas cette pseudo-insubordination. De toute façon, il n’avait clairement pas le temps pour cela.

Il rangea alors son fusil de sniper et reprit son autre arme. Il se rendit à l’endroit donné par le soldat au pas de course. Il aperçut alors les deux soldats ainsi que le politicien. Ils avaient réussis à trouver une entrée dans les égouts à l’abri des regards. Malheureusement, à peine Charles avait-il rejoint ses collègues qu’au moins six résistants firent leur apparition et les encerclèrent. Oui, cette mission allait se révéler très très compliquée.  




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mais que fait un politicien sur le champ de bataille ? [Thomas Neil]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mais que fait un politicien sur le champ de bataille ? [Thomas Neil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La plupart des gens disent qu’on a besoin d’amour pour vivre. En fait, on a surtout besoin d’oxygène.
» Chaine qui circule mais qui fait rire
» [Taverne] Mais que fait-il là ? [PV : Gabarel] [Terminé]
» La braise rougeoie mais ne fait pas de flammes [PV]
» N O S T R E S S girl ~ [PV Ahn Lee Hope]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Res Novae RPG :: Terra :: Novum Satus :: Quartiers-